Un Appel Désespéré de Secour Pour Deux Suédois Dans une Prison de Torture en Tunisie.


En Novembre 2012, pour le compte de la société norvégienne ABP World Group, Daniel Bakke, 36 ans, et Per-Åke “Pelle” Helgesson, 54 ans, sont allé à la Tunisie avec une femme norvégienne pour les aider à récupérer son enfant qui avaient été prises illégalement par le père tunisien de l’enfant.

01

Au lieu de cela, ils ont été arrêtés par la police tunisienne, soupçonnés de préparer un enlèvement à main armée. Depuis leur arrestation en Novembre, la mère norvégienne a reçu la garde exclusive de l’enfant devant les tribunaux tant norvégiens que tunisiens, mais les deux Suédois sont toujoursen prison de Mornaguia sans procés, sud-ouest de la capitale Tunisie.

En raison du fait que le système judiciaire en Tunisie sera bientôt fermé pour les vacances d’été les Suédois commencent à perdre espoir, faisant face maintenant aurique de dépenser au moins quatre mois de plus en prison.

«Je ne peux pas prendre un autre revers maintenant. Je suis épuisé et je dois rentrer à la maison pour prendre soins de mes enfants “, Pelle écrit dans une lettre de la prison.

PellePer-Åke “Pelle” Helgesson

FAITS

Ce qui s’est passée

11 novembre 2012: Les deux Suédois allaient de pair avec une femme norvégienne à la Tunisie pour l’aider à récupérer son enfant que le père de l’enfant avait pris illégalement de la Norvège.

17 novembre 2012: le frère de Daniel Bakke, Christian Franzetti, explique dans une interview à Aftonbladet que les Suédois sont détenues dans la prison tunisienne, forcés a survivre sur des morceaux de pain sec et de l’eau mauvaise. Selon leur avocat, ils risquent jusqu’à dix ans de prison pour tentative d’enlèvement.

Christian_Franzetti_ABP World GroupChristian Franzetti

11 janvier 2013: Aftonbladet a publié une lettre écrite par Per-Åke “Pelle” Helgesson  sorti clandestinement de la prison dans laquelle il dit qu’il ya des poux de lit et ils se sont vus refuser des visites, sont harcelés et maltraités, à la fois mentalement et physiquement par la police »,

20 juin 2013: Les Suédois sont privés de l’enquête préliminaire qui aurait dû être effectuée par le soi-disant juge d’instruction. Les autorités tunisiennes réfèrent plutôt l’affaire devant un tribunal pénal.

Vous voulez attirer l’attention

Maintenant les familles des hommes s’agitent dans l’espoir que l’affaire attireral’attention publique et que les hommes seront libérés.

Melody Guarino Bakke, en Décembre a célébré son premier anniversaire de mariage    seule à la maison du couple aux Philippines, tandis que Daniel était enfermé dans une prison tunisienne – Il n’y a pas de mots pour décrire la situation. Daniel est la première chose a qui je pense quand je me réveille et la dernière quand je vais au lit, dit-elle à Aftonbladet.

daniel BakkeDaniel Bakke

Son souhait est que les autorités suédoises et le Département d’Etat s’impliquedavantage pour libérer les deux Suédois.

Jeudi dernier, les parents ont reçu de mauvaises nouvelles quand un juge a rejeté une demande de fermé l’enquête. Les deux hommes pourraient maintenant être obligés d’attendre tout l’été avant que leur affaire soit reconsidéré devant les tribunaux, quiseront fermés entre le 15 Juillet et le 15 Septembre.

En tant que parenté, on ce sent impuissant. Cela peut être comparé à un cas similaire où un couple de journalistes ont été arrêtés dans un pays africain, mais avec la différence que la pression des autorités suédoises très élevé. Ici, les gars n’ont rien fait de mal et pourtant ils sont emprisonnés sans avoir été inculpés, dit le frère de Daniel Bakke, Christian Franzetti à Aftonbladet.

Il poursuit:

Je souhaite que quelqu’un mettra son pied à terre, exigeant de savoir de quoi ils sont accusés et présentés des preuves à l’appui des accusations. Je souhaite également  une pression plus élevée. Le Département d’Etat probablement fait de son mieux  mais je souhaite un compromis plus fort de leur part.

Le ministère suédois des Affaires étrangères dit que suive l’affaire de près et essaye d’avoir des entretiens avec les autorités tunisiennes concernant les Suédois.

L’avocat tente de faire pression pour obtenir une audience principale avant l’été et il faitce qu’il peut pour porter l’affaire devant les autorités tunisiennes, explique Camilla Åkesson Lindblom au service de presse du ministère des Affaires étrangères.

Vous pouvez aider! S’il vous plaît envoyé un e-mail au ministre suédois des Affaires étrangères pour lui demander de prendre des mesures avant qu’il ne soit trop tard! carl.bildt @ gov.se

Follow our updates on Twitter and Facebook

Visit our website here: www.abpworld.com

profile pic.jpg

ABP World Group Risk Management

Contact us here: Mail

NOTE: We are always available 24/7

1-800-847-2315     US Toll free Number
0-808-189-0066    UK Toll Free Number
800-11-618              Norway Toll Free Number

Worldwide International Number: +31-208112223

24/7 Emergency Number: +47 40466526

A Desperate Cry for help from Swedes in Tunisian Torture Prison


Juni 29 , 2013

ABP World Group Ltd.

Daniel Bakke fri efter fyra år i tunisiskt fängelse

A Desperate cry for help. Swedes held imprisoned innocent for 8 months

In November 2012, on behalf of the company ABP World Group, Daniel Bakke, 37, and Per-Åke “Pelle” Helgesson, 54, went to Tunisia together with a Norwegian woman to  help her retrieve her child  who had been illegally taken by the child’s Tunisian father.

Instead, they were arrested by Tunisian police on suspicion of preparing an armed kidnapping. Since their arrest in November, the Norwegian mother has been awarded sole custody of the child in both Norwegian and Tunisian courts, but the Swedes remain in the Mornaguia prison, southwest of the capital Tunis without trial.

01

Due to the fact that the legal system in Tunisia will close for summer vacation, they now face the risk of spending at least another four more months in prison – and the Swedes are starting to lose hope.

“I cannot take another setback now. I’m exhausted and have to go home to my children”, Pelle writes in a letter from prison.

Pelle

Per Åke “Pelle” Helgesson

FACTS

This has happened:

November 11, 2012: The two Swedes went together with a Norwegian woman to Tunisia to help her retrieve her child that the child’s father had illegally taken from Norway.

November 17 2012: Daniel Bakke’s brother, Christian Franzetti, says in an interview to Aftonbladet that the Swedes are suffering in the Tunisian prison, only getting dry pieces of bread and bad water. According to their lawyer, they risk up to ten years in prison for attempted kidnapping.

January 11, 2013: Aftonbladet published a letter written by Per-Åke “Pelle” Helgesson and smuggled out from prison in which he says that there are bed lice and they have been denied visits, are being harassed and abused, both mentally and physically, by the police,”

June 20, 2013: The Swedes are denied the preliminary investigation which should have been carried out by a so-called pre-trial judge. They instead refer the case to criminal court.

daniel BakkeDaniel Bakke

Want to get attention

Now the men’s families come forward in the hope that the case will get attention and that the men will be freed.

Melody Guarino Bakke, in December celebrated one-year wedding anniversary but she was alone at the couple’s home in the Philippines, while Daniel was locked up in a Tunisian prison – There are no words to describe the situation. Daniel is the first thing I think of when I wake up and the last when I go to bed, she says to Aftonbladet.

Her wish is that the Swedish authorities and the State Department put more effort into helping free the two Swedes.

Last Thursday the relatives received more bad news when a judge rejected a request that the investigation should be closed. The two men could now be forced to wait all summer before their case reaches court since they will be closed between 15 July and 15 September.

As a relative, you feel powerless. This can be compared to a similar case where a couple of journalists were detained in an African country, but with the difference that the pressure from Swedish authorities was very high. Here, the guys did not even do anything wrong and yet they are imprisoned without being charged, says Daniel Bakke’s brother, Christian Franzetti to Aftonbladet.

Christian_Franzetti_ABP World Group

Christian Franzetti

He continues:

I wish that someone would put a foot down, demanding to know what they are being accused of and presented with supporting proofs. I also wish for more backbone and higher pressure. The State Department probably do the best they can, but I wish they took more interest in the case and did more.

The Swedish Foreign Ministry says that they follow the matter closely and have discussions with the Tunisian authorities regarding the Swedes.

We know that the lawyer is trying to push for a main hearing before the summer and we do what we can to bring the matter to the table in our conversations with the Tunisian authorities, says Camilla Åkesson Lindblom at the Foreign Ministry’s press service.

You can help! Please e-mail the Swedish Foreign Minister asking him to take action before it´s too late! carl.bildt@gov.se

Contact us for assistance. We help clients worldwide

Follow our updates on Twitter and Facebook

Ironboyzz-FacebookTwitter-Ironboyzz

ABP World Group™ Risk Management

Contact us here: Mail  ( contact@abpworld.com )

Skype: abpworld

NOTE: We are always available 24/7